Etudier en Égypte

ADMISSION 

Pas de concours d’entre ou Sur condition 

FRAIS DE SCOLARITÉ

£E 2000 Livre egyptienne (EGP)/par ans : £E 10000 Livre egyptienne (EGP)

DURÉE

6 pour les (DM) . 7 a 8 ans specialisation  GP

ETUDE EN LIGNE

Ouvert 

Bourse d’etude

prets etudiants.

Bourse  egyptienne

DIPLÔME D’ENTRÉE 

Baccalaureate Scientifique pour la 1 er annee  ou  XX  annees avec une Licence Scientifique 

Cursus de l’université : problèmes et conseils

Réussir et généralité

Médecine en Egypte [le nouveau programme ]

Comment être admis dans les universités de médecine en Egypte?

L’accès à l’enseignement supérieur en Egypte est très sélectif. Les résultats obtenus aux précédents examens (baccalauréat, licence par exemple) sont comparés afin d’obtenir une équivalence par rapport aux diplômes nationaux. Les universités offrant des filières telles que la médecine, la pharmacie, l’ingénierie, les sciences politiques, l’économie et le droit sont considérées comme étant les plus prestigieuses, donc les plus sélectives.

De plus, les étudiants souhaitant entrer dans une université étrangère ou participant à un programme de coopération entre l’Egypte et les pays étrangers, doivent être titulaires d’un diplôme ou d’un certificat d’aptitude linguistique afin de pouvoir intégrer l’établissement visé.

Cursus et diplômes

– Filières générales

Le « baccalauréos » ou licence est le diplôme qui sanctionne quatre années d’études après le baccalauréat égyptien. Titulaire de ce diplôme, l’étudiant égyptien a le choix entre une voie courte qui aboutit à un diplôme de type « master professionnel » et une voie longue qui aboutit à l’obtention d’un magistère (de 4 à 6 ans, en comptant une année de cours magistraux), puis d’un doctorat (PhD de 4 ans au minimum, incluant une année préparatoire sanctionnée par un examen et qui permet au directeur de thèse de choisir le sujet). Seuls les cursus d’ingénierie et de médecine font exception à cette règle, puisque le diplôme d’ingénieur s’obtient en cinq ans (obtention du «Bachelor of Engineering») et celui de médecine en six ans.

Une année d’études se divise en deux semestres. Le premier débute en septembre/octobre pour s’achever en janvier/février avec les examens de mi-année. Le second semestre débute en février/mars pour s’achever en juin/juillet avec les examens de fin d’année qui conditionne le passage en année supérieure.

En règle générale, les enseignements se font en arabe moderne qui tend à se rapprocher du dialecte égyptien à l’oral. Mais les cours peuvent être également dispensés en anglais à la faculté d’ingénierie, de sciences ou de pharmacie. La langue française occupe une place non négligeable à l’université publique égyptienne, notamment au sein des filières françaises qui y sont implantées.

– Filières techniques

Les instituts supérieurs de technologie prolongent l’enseignement secondaire technique. Ce sont des instituts de formation technique en grande majorité (cycle court en 2 ans aboutissant à des diplômes de type BTS) et minoritairement des instituts supérieurs de formation technique (cycle de 4 à 5 ans). Les orientations dans ces instituts sont à peu près de 50% vers des filières commerciales et 50% vers des filières industrielles. En comparaison avec les pays de la région, l’Égypte est dotée d’un fort potentiel universitaire et les formations d’excellence notamment en médecine et en ingénierie sont d’un bon niveau.

 

Pourquoi étudier en Egypte?

La grande majorité des étudiants ont bénéficiés d’une bourse offerte par le gouvernement Egyptien ; déjà il est classé parmi les puissants en Afrique malgré les évènements qui ont affaibli le pays et désormais il plonge dans une crise d’instabilité d’autant plus en économie qu’en politique.
La réputation des universités Egyptienne est aussi une des raisons pour profiter les bords du Nil ; soit au Caire (le 3e en Afrique d’après un classement en 2015), Ain shams ,Helwan, Alexandrie dont plusieurs Malagasy ont témoignés de la qualité de l’enseignement jugé plutôt pas mal mais je dois préciser que ce n’est pas le meilleur à comparer aux universités en Europe ou aux Etats-Unis. Nos diplômes peuvent donc faire face au grand challenge de l’avenir…
Il y a aussi l’université Islamique Al Azhar; par contre celui-ci est reconnu comme 1er (#1) dans le monde pour les études supérieures et même les classes de bases et élémentaires se basant sur la religion Islam, et pour tous les musulmans. (Des Malagasy adhèrent cette université depuis les années 90s et plusieurs y sont encore jusqu’à maintenant). Elle offre également des bourses d’études.
La langue arabe qui est la 3e langue la plus parlée dans le monde et aussi réputée difficile ; le fait d’être en Egypte est une opportunité que nul ne peut nier pour l’apprendre très efficacement. De même, nous pouvons tous imaginer la classe et le prestige accordés aux personnes qui maîtrisent cette langue et surtout les femmes.